Normes électriques : en 2018, que faut-il savoir ?

L’électricité est réglementée en France par la norme électrique NF C 15-100. Celle-ci encadre les installations électriques des logements afin de diminuer les accidents domestiques. Dernièrement, cette réglementation a été mise à jour par un arrêté du 3 août 2016. Elle vise à fixer les caractéristiques techniques pour assurer la sécurité des personnes et le bon fonctionnement de l’installation électrique.

Quelles sont les obligations à respecter pour être aux normes électriques ?

Le circuit électrique, une construction précise à réaliser

Pour réaliser une mise aux normes électriques de son logement, il faut demander à son électricien d’effectuer un diagnostic électrique.

Le circuit électrique comporte plusieurs éléments. Il encadre l’ensemble du logement pour permettre à l’électricité de bien circuler dans l’habitation. Il contient :

  • Le circuit prises ;
  • Le circuit lumières ;
  • Le circuit chauffage, le cas échéant ;
  • Le circuit des volets roulants, le cas échéant ;
  • Les interrupteurs.

Pour être conforme à la norme NF C 15-100, il faut un nombre de prises de courant minimum par pièce. Cette organisation permet au circuit électrique de ne pas être en surchauffe et d’éviter un trop grand nombre de multiprises.

Le circuit électrique doit aussi contenir une gaine technique du logement appelée aussi GTL pour être conforme aux normes électriques. Celle-ci est regroupée au sein d’un Espace Technique électrique du Logement appelé ETEL. La GTL rassemble les équipements de protection, de commande et de communication du logement. Elle doit se situer à l’intérieur de l’habitation ou dans un garage communiquant si celui-ci est directement accessible.

Les installations électriques, une protection obligatoire

L’installation électrique du logement doit impérativement être protégée. Le circuit électrique doit obligatoirement être protégé par un disjoncteur afin d’éviter les surintensités. L’article du site sweetyhome.fr donne des conseils pour protéger ses appareils électriques des surtensions. Celle-ci peut être générée en cas de foudre ou lors d’un dysfonctionnement du circuit électrique.

De plus, dans certains départements français, il faut installer un parafoudre sur son installation pour assurer la sécurité des habitants. Le tableau électrique doit contenir son propre dispositif de coupure d’urgence pour être aux normes électriques. En effet, en cas de risque, il faut pouvoir couper rapidement le courant dans le logement. Cela assure la sécurité des occupants qui peuvent couper le courant à l’intérieur du logement.

Cas particulier : les pièces humides des logements

Les normes électriques imposent des règles (très) strictes dans les pièces humides des logements. En effet, les risques d’accident sont plus élevés dans ces zones. Pour assurer le bon fonctionnement du circuit électrique, l’électricien doit mettre en place un circuit étanche. Il est raccordé à la terre par une liaison équipotentielle.

La salle de bain est découpée en 3 volumes pour respecter les normes électriques. Chaque espace comporte des obligations particulières pour délimiter l’installation des différents appareils électriques (prises de courant, éclairages, interrupteurs). Par exemple, le chauffe-eau doit se trouver en dehors des espaces 0, 1 et 2.

Faire appel à un professionnel est une solution adéquate pour réaliser ses aménagements et garantir la sécurité des habitants du logement. La norme NF C 15-100 donne un terme précis à la salle de bain : « local contenant une baignoire ou une douche » pour répondre aux normes électriques. Les pièces contenant un w.c. et un lavabo ne sont donc pas considérées comme des salles de bain. Néanmoins, il faut toujours veiller à respecter des distances de sécurité entre les installations électriques et les zones d’eau comme le lavabo. Par exemple, le respect d’une distance entre le robinet d’eau et l’interrupteur de la pièce.