Cuve de récupération d’eau

Pour récupérer l’eau de pluie, plusieurs solutions s’offrent à vous. La première, la plus simple, c’est acheter un récupérateur de pluie externe. Il est possible d’en trouver à quelques centaines de litres : on le place aux alentours de la maison, il est généralement vendu avec un robinet, et on n’a plus qu’à s’en servir. La deuxième solution est elle plus complète, et il s’agit de la cuve de récupération. Ce sera là la plus grosse dépense à faire.

 

cuve de récupération

 

Prix de la cuve de récupération

Le coût de la cuve de récupération varie de vos besoins, en effet, les fabricants sont nombreux et les offres très variées, il faudra donc penser précisément à l’utilité de la cuve. Est-elle prévue pour un usage à l’extérieur (jardin, lavage de voiture, etc), pour un usage à l’intérieur (vaisselle, toilettes, lave-linge), ou pour les deux à la fois. Le prix dépendra de votre utilisation.
Les mêmes cuves, quelque soit l’usage

En effet, que vous songiez à une cuve de récupération pour un usage à l’intérieur de la maison, ou à l’extérieur, ce sera la même cuve. Seuls changeront les accessoires prévus, et les volumes.

Une cuve de 5 000 litres prévue pour le jardin, chez certains revendeurs, coûte 3 000€ (hors taxes) non installée. Cette même cuve coûte 4 300€ (hors taxes) si elle est prévue pour un usage domestique, à la maison, avec les équipements que ça implique.

 

L’avis des autorités sanitaires

L’usage de l’eau de pluie à l’extérieur de la maison ne pose généralement aucun problème, par contre, lorsqu’il s’agit d’un usage domestique, il y a quelques règles à respecter.

Dans un récent communiqué, le conseil supérieur de l’hygiène de France indique que pour les usages alimentaires (boissons, vaiselle, etc.) et les usages d’hygiène corporelle (lavage des vêtements, douche, etc.) l’utilisation d’eau potable est obligatoire.

Où placer la cuve

Le choix est souvent plus une question d’esthétique que de stratégie de récupération. Suivant les configurations et l’espace, il est possible de l’enterrer ou il est possible de la laisser à l’air libre. Si la consommation est plutôt faible, et qu’il ne s’agit pas d’un gros volume, alors peut être est-il plus judicieux d’éviter de devoir creuser. Si, toutefois, vous avez pour projet de construire votre maison, alors prévoir un enterrement d’une grosse cuve est possible.
Pourquoi enterrer sa cuve ?

Enterrer une cuve présente plusieurs avantages. La cuve est enterrée, l’eau n’est donc pas exposée à la lumière, ou à la température extérieure. On évite de fait des développements de bactéries etc, de plus, une cuve enterrée empêche les variations d’état causée par la température : gel, etc.

Si vous optez pour un enterrement, alors il faudra prévoir un dispositif adéquat, les professionnels s’en chargeront, n’hésitez pas à demander conseil.

 

Le volume de stockage

Là encore, tout sera fonction de votre cas. Souhaiterez-vous utiliser l’eau de pluie pour l’extérieur, l’intérieur, ou les deux ? Sachez qu’en moyenne, par an, on récupère 600 litres d’eau par m² de toiture. Il faudra donc, en fonction de vos besoins (une famille de 3 personnes n’a pas la même consommation qu’une famille de 7 personnes par exemple.) définir le volume adéquat. Cela dépend également du lieu où vous habitez, régions plus ou moins pluvieuses.
En bref, il faudra bien étudier votre cas, et décider d’un volume qui colle bien.

A savoir que les cuves les plus vendues sont celle de 5 000 litres.

 

Les matériaux à privilégier lors de l’achat d’une cuve

Il y a de nombreux matériaux utilisés dans la construction des cuves de récupération de pluie, à travers le monde. Les matériaux peuvent être : le bois, la fibre de verre, etc. En France par contre, vous aurez principalement le choix entre deux.

Les cuves en béton

Celles-ci sont la plupart du temps enterrées, et on les installe lors de constructions neuves. Leur bémol : le recyclage coûte cher, et la pollution des cimenteries est significative. Aussi, la pose d’une cuve de ce genre entraînera des frais très important (elles pèsent plusieurs tonnes) comparés à ceux de sa principale concurrente.

 

Les cuves en polyéthylène haute densité (PEHD)

Cette cuve, contrairement à la précédente, est privilégiée lorsqu’il s’agit de l’installer alors que la maison est déjà construite (non neuve). Le PEHD se recycle très bien et sa fabrication n’est que peu polluante. Cette cuve est relativement légère et donc aisément transportable.

Enfin, le prix d’une cuve en béton est plus attractif que celui d’une cuve en PEHD, cependant la première entraînera des frais supplémentaires, et d’autres désagrément (poids, transport, etc.)

 

Commander un récupérateur d’eau ici.